D'où viennent les inégalités hommes femmes

Une question s'est aujourd'hui imposée aux femmes de tous les pays : Mais d'ou proviennent ses inégalites? On a tendance à penser que l'inegalité des femmes est présente dans les pays en voie de developpement, mais pas seulement puisque c'est également une inégalité présente dans les pays developps, certes c'est à moindre échelle mais inadmissible à notre époque ou les sociétés sont encore basées sur un modéle patriarcale. En tout subjectivité, on peut voir des opinions féminines *,qui donnent lieu à des débats de mauvaise foi de la part de certains hommes *toutefois, les médias se chargent d'en parler en toute objectivité, ce qui nous permet d'y voir plus clair avec ce qui est vrai ou faux *.

 

 

 

 

 

Toute inégalité a une origine, celle homme-femme existe depuis très longtemps et cela dans quasiment tous les pays du monde et à tous les siècles. Aujourd’hui, nous pouvons trouver des origines diverses telles que religieuses, socioculturelles,... Malheureusement c'est une inégalité difficile à contrer puisqu'integrée dans les mentalités masculines et quelques féminines. Ces citations en sont un exemple:

« Il y a un principe bon qui a crée l’ordre, la lumiére, et l’homme et un principe mauvais qui a crée le chaos, les ténèbres et les femmes » Pythagore

" Si la femme était bonne dieu en aurait une" Sacha Guitry

"La femme est naturelle, donc abominable" Baudelaire

Il y a dans l’origine de cette inégalité homme-femme, une base très ancienne : la religion. Que ce soit la religion chrétienne, judaïque ou musulmane, il y a une différenciation de l’homme et de la femme avec des droits non égaux.

Dans la religion chrétienne, il y a l’impossible ordination des femmes, pas de divorce possible (puisque'il est consideré comme adultére), ni de contraception, ni d'avortement et une soumission de celle-ci à l’homme « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur ; en effet, le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise, qui est son corps, et dont il est le sauveur. Or, de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes doivent l’être à leurs maris en toutes choses." Ces paroles bibliques peuvent donc expliquer la lente évolution des femmes, celles-ci vivant dans une France très chrétienne.

La femme chrétienne a un but défini : procréer, elle reste soumise à son mari. : "Le Christ est le chef de tout homme, l'homme est le chef de la femme, et Dieu le chef du Christ. La femme doit également servir l’homme : "Femmes, soyez tout dévouement pour vos maris comme il convient à des personnes unies au Seigneur".

 

 

De même, dans la religion musulmane, les femmes ne peuvent devenir imam, ne peuvent prier avec les hommes à la mosquée, n'ont pour la plupart pas eu accès à l’éducation durant longtemps (encore en vigueur aujourd’hui), n’avaient pas de statut légal ni de vrais droits civiques, doivent porter le voile car ce port du voile s'impose comme unique solution à la perversité féminine :

"Toute femme qui prie ou parle sous l'inspiration de Dieu sans voile sur la tête, commet une faute identique, comme si elle avait la tête rasée. Si donc une femme ne porte pas de voile, qu'elle se tonde; ou plutôt, qu'elle mette un voile puisque c'est une faute pour une femme d'avoir les cheveux tondus ou rasés." Et plus loin, en (1 Cor 11, 10) :

"C'est pourquoi la femme doit avoir la tête couverte, signe de sa dépendance par respect des messagers de Dieu". C'est donc au nom du respect que les femmes chrétiennes, comme les musulmanes, se voient imposer le port d'un torchon infamant, signe du machisme des hommes.

 

Dans la religion judaïque, la femme n'a géneralement pas accés au rabinnat, sauf quelques exceptions : Celia Surget en 2007,Delphine Horvilleur en 2008 et Pauline Bebe en 1990, c'est donc relativement récent mais trés encourageant! Chez les juifs, le divorce et la répudiation sont permis mais decouragés, l'avortement est autorisé si il met la vie de la mére en danger ou si elle ne peut pas assumer son enfant, la contraception et la polygamie sont interdites.

 

 

 

 La pudeur vestimentaire ne se limite pas au voile mais est définie en : "Votre parure ne sera pas extérieure: ondulations des cheveux, bijoux d'or, élégance des toilettes; elle sera toute intérieure: une âme douce et paisible en son secret.

Voila ce qui est précieux au regard de Dieu." (Pierre 3, 3). L'adultère féminin est condamné, mais rien n'est dit sur un comportement similaire de la part du mari.

Même situation pour le veuvage où aucune exigence n'est assénée au veuf alors que la veuve doit se vouer à Dieu . Elle n’est pas non plus capable de réfléchir par elle-même "Que les femmes se taisent pendant les assemblées; il ne leur est pas permis d'y parler, elle doivent obtempérer comme le veut la loi.

Si elles souhaitent une explication sur quelque point particulier, qu'elles interrogent leur mari chez elles, car il n'est pas convenable à une femme de parler dans une assemblée".ou encore "Je ne permets pas à la femme d'enseigner, ni de faire la loi à l'homme, qu'elle se tienne tranquille. C'est Adam en effet qui fut formé le premier, Eve ensuite. Et ce n'est pas Adam qui se laissa séduire, mais la femme qui séduite, a désobéi."et également "Néanmoins, elle sera sauvée par la maternité".

Nous retrouvons donc cet aspect de la maternité, « seul » rôle de la femme.Il y a également la religion judaïque qui demande au juif de prier chaque matin et cette phrase en fait partie : "Sois béni, Seigneur notre Dieu, Roi de l'Univers, qui ne m'as pas fait femme".Les femmes dans les textes de la Bible n’ont qu’un but : enfanter et pour les quelques autres apparition féminines, ce sont des personnes perfides qui vendent leur corps .La Bible, aisni que les autres textes « saints sont donc très machiste et ne voit la femme que comme mère.

                                        

Il y a aussi une explication dans la socialisation primaire que les enfants reçoivent. En effet, la socialisation, transmission de valeurs et de normes par des agents de socialisation, participe inconsciemment à donner des stéréotypes. Les filles s’occupent de poupées ce qui les préparent à leur maternité, à la dînette ce qui les prépare aux taches ménagères ; les garçons jouent plutôt à la voiture.Ces stéréotypes (idées préconçues) ont la vie dure, transmis par les contes, les manuels scolaires et même les parents !! En prenant l’exemple du rapport de la Halde de 2008 enquêtant sur les discriminations dans les manuels scolaires, on s’aperçoit que les stéréotypes sont encore présents même à l’école, domaine sensé transmettre un savoir.L’image des hommes et des femmes continue de subir un traitement différent « moins valorisant » pour les femmes.

Il y a également des idées préconçues telles que « les femmes seraient moins intelligentes ».L'un des principaux défis actuel des spécialistes du cerveau est de lutter contre ses idées préconçues qui consistent à dire, par exemple, que les femmes ne savent pas lire une carte routiére ou que les hommes sont bagarreurs. Ces clichés qui ne reposent sur aucune base scientifique, remontent aux premiéres études sur le cerveau, au XIX éme siécle. Celles-ci étaient basées sur des suppositions telles que le cerveau des blancs seraint plus developpés que celui des noirs, celui des patrons plus que celui des ouvriers et, bien sur, celui des hommes plus que celui des femmes. Les femmes ont un cerveau plus petit que les hommes ? Scientifiquement, les études se contredisent car les conditions de mesure varient énormément. Certes, le fait que les femmes soient généralement plus petites pourrait laisser penser que le cerveau est plus réduit. Mais de toute façon, le volume du cerveau n’a rien à voir avec les capacités intellectuelles ! C’est ce que souligne une étude américaine, qui prouve que le nombre total de neurone est indépendant de la taille. Malgré tout, cette étude dénombre en moyenne 16 % de neurones en plus chez les hommes…Ce que l’on sait c’est que le cerveau fonctionne différemment : les hommes font appel à la partie gauche de leur cerveau, alors que les femmes utilisent les deux hémisphères. Ce qui fait que l’homme est plus centré sur l’action et la compétition et plus apte à s’orienter dans l’espace, le cerveau féminin, lui, comporte des compétences verbales plus accrues. 

                                                   

De plus, il y a le probléme du " plafond de verre", expression apparue aux USA à la fin des années 1970 et qui désigne l'ensemble des obstacles que rencontrent les femmes pour accéder à des postes eleves dans les hierarchies professionnelles.C'est-à-dire que les femmes ont plus de difficultes à gravir les échelons professionnels que les hommes. Cette inegalité est présente dans les entreprises (93% des chefs d'entreprise sont des hommes), en politique (7% de prefets, 14% de recteurs et 6% des dirigeants de juridiction nationale), en recherche et enseignement supérieur (15% de femmes professeurs et 38% de femmes maitres de conférence).Les femmes sont pourtant plus diplomés que les hommes! Le plafond de verre tient à plusieurs explications : les facteurs psychologiques liés aux poids des stéreotypes et des normes, le fait que les femmes sont moins ambitieuses et compétitives et cela se ressent dans les embauches puisque "les concepts comme le charisme, la combativité, le pouvoir et l'autorité..., sont associés implicitement aux hommes et peu aux femmes".

Il y a également le choix de l'orientation des femmes, qui optent pour des filiéres moins rentables; nous allons prendre comme exemple les bacheliers et bachelieres scientifiques de 2002: 22.9% des filles sont entrées en prépa contre 38.8% des garçons, elles sont seulement 20% dans les écoles d'ingénieur... Leur choix est souvent orienté du fait de leur futur double journée (travail+taches menageres+enfants), les entreprises valorisent plus la disponiblité, ce que les femmes ne peuvent fournir, faisant la plupart des taches menageres, allant chercher les enfants à l'école etc..., de plus elles peuvent tomber enceintes, ce qui impliquent des congés maternité; ce qui en oblige la plupart à prendre des temps partiels choisis ou contraints, et elles ont également un réseau social moindre ayant moins de temps à y pourvoir : un véritable handicap pour l'ascension prosfessionnelle.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

__BM__